Que recherchez-vous ?
L’ado qui se levait tard, sa Mémé et Apollon : Trio d’enquête pour quatre disparitions. Ce matin-là, Musun – la narratrice – a été réveillée par le réfrigérateur. Parce qu’il n’y avait pas d’autres...
Zoom

Eté, quelque part, des cadavres

Note moyenne : 0 avis
20.90€

Park Yeon-Son - L’ado qui se levait tard, sa Mémé et Apollon : Trio d’enquête pour quatre disparitions. Ce matin-là, Musun – la narratrice – a été réveillée par le réfrigérateur. Parce qu’il n’y avait

Quantité 
+
-
En stock
Ajouter au panier

Description
Caractéristiques
A propos de l'auteur
Notes et avis

Ce matin-là, Musun – la narratrice – a été réveillée par le réfrigérateur. Parce qu’il n’y avait pas d’autres bruits dans la maison. À 11 heures ? Étrange. Elle s’est levée et atrouvé ce petit mot dans la cuisine, avec quelques billets : « Ma chérie, nous te laissons dormir. Occupe-toi bien de Mémé. On revient dans un mois. Ton Papa qui t’aime. » Toute la famille était rentrée à Séoul en l’abandonnant avec Mémé ! L’horreur ! Dans ce trou perdu où les smartphones ignoraient internet ! Avec cette grand-mère qui sarclait son champ dès cinq heures du matin… Un cauchemar…
La cohabitation avec Mémé débute mal. Jusqu’au troisième jour, quand Musun retrouve un dessin qu’elle a fait 15 ans plus tôt, quand elle avait cinq ans : une carte au trésor ! Et quand elle montre le dessin à Mémé, la vieille marmonne… « Ah… ça…  Tu te souviens pas ?… C’était l’été… le jour où les quatre jeunes femmes ont disparu… »
C’est alors que l’enquête commence vraiment, avec dès le lendemain le renfort de l’héritier des Yu, quatorze ans, dont la fabuleuse beauté a immédiatement inspiré à Musun son surnom : Apollon.

 

Roman noir, roman plein de drôlerie, construit sur un trio improbable et tour à tour émouvant ou comique. Été, quelque part, des cadavres est, à l’image de son titre, un roman policier totalement unique en son genre. Pas ou peu de policiers en uniformes, pas de scènes d’actions violentes, mais les pérégrinations de ces trois anti-héros dans un bourg perdu d’une Corée archi-rurale.
Le ton général du roman en constitue le premier atout. C’est un livre réjouissant, joyeux et tendre, un véritable succès d’écriture.

 

Traduit du coréen par Yeong-Hee Lim et Mathilde Colo-Wu

Retour en haut
Description
Caractéristiques
A propos de l'auteur
Notes et avis

Park Yeon-Son est née à Séoul. Elle est écrivaine et scénariste. Été, quelque part, des cadavres est son premier roman.

Retour en haut
Description
Caractéristiques
A propos de l'auteur
Notes et avis

Avis des internautes sur Eté, quelque part, des cadavres (0 avis)

Il n'y a actuellement aucun avis pour cet article, soyez le premier à donner le votre.
[Ajouter votre commentaire]
Retour en haut
L’administrateur du site est actuellement en ligne ! Discuter